La flore

Compte tenu de sa superficie qui n'atteint pas 20 000 km2, la Nouvelle-Calédonie se caractérise par une flore riche qui compte 3371 espèces de plantes vasculaires. Cette richesse se double d'une remarquable originalité qui se traduit par de forts taux d’endémicité (74 à 75% pour les espèces et 12,3 % pour les genres). Cette flore se singularise également  par sa richesse en conifères (45 espèces, représentant 7% des conifères de la planète) parmi lesquels figurent 13 espèces du genre Araucaria, sur un total de 19 espèces connues. Elle est aussi remarquable en raison de l’importance des familles provenant du vieux fonds floristique gondwanien, en dépit d’une recolonisation biologique relativement récente et après une submersion totale au paléocène et à l’oligocène. Elle est également remarquable en raison de sa richesse en angiospermes appartenant à des lignées anciennes.

tableau flore

Nombre de familles, de genres, d'espèces, indigènes (A) ou endémiques (E) et taux d'endemisme correspondant des grands groupes de la flore vasculaire. D'après Morat et al. (sous presse).

P. Morat, T. Jaffré, F. Tronchet, J. Munzinger, Y. Pillon, J.M. Veillon & M. Chalopin. (sous presse). Le Référentiel taxonomique «  FLORICAL » et caractéristiques de la flore vasculaire indigène de la Nouvelle-Calédonie. Adansonia sér. 3.

Quelques exemples de plantes remarquables

La Nouvelle-Calédonie présente des plantes particulièrement originales, comme le Parasitaxus usta (Podocarpaceae), seule gymnosperme parasite connue au monde, qui a pour unique hôte une autre gymnosperme de la même famille : le Falcatifolium taxoides.

 

           

SAPOT-Sebertia-acuminata-Gd-Kaori-(8)

Certaines espèces poussant sur sols issus de roches ultramafiques, souvent riches en nickel, sont capables d’accumuler cet élément à de très fortes concentrations dans leurs tissus. Parmi ces « hyperaccumulateurs de nickel » le cas le plus spectaculaire est celui de  Pycnandra acuminata appelé localement « sève bleu » ou « plante à nickel » de la famille des Sapotaceae, dont le latex peut contenir plus de 20% de nickel rapporté au poids sec. C'est d'ailleurs ce qui lui donne sa couleur verte caractéristique.

 

Cyphophoenix-fulcita---Palmier-echasse

Un palmier calédonien, le Cyphophoenix fulcita présente une étrange adaptation avec de grandes racines échasses, qui normalement s’observent plutôt chez des plantes de mangroves poussant dans des sols très instables.

 

Fougères-arborescentes

De très grandes fougères arborescentes, parmi les plus hautes du monde, poussent en Nouvelle-Calédonie. Celles-ci rivalisent sans mal avec les plus grands arbres de la forêt. Les plus grands individus s’observent chez deux espèces : Sphaeropteris intermedia et Alsophila stelligera (toutes deux ex- Cyathea).

AMBOR-Amborella-trichopoda-Aoupinié-Munzinger-(31)

Amborella trichopoda (Amborellaceae) occupe une place bien particulière dans le grand arbre de l’évolution des Angiospermes (plantes à fleurs). Cet arbuste endémique des forêts humides de Nouvelle-Calédonie est l'unique representant d'une lignée ancienne, dont la divergence avec le reste des plantes à fleurs remonterait à 140-180 million d'années. Amborella trichopoda représente le groupe frère de toutes les plantes à fleurs actuelles.

APOCY-Cerberiopsis-candelabra-Foret-Anais-1-1

L’arbre candelabre ou Cerberiopsis candelab (Apocynaceae). Cet arbre a la particularité de ne fleurir qu’une seule fois, il produit une floraison massive qui est suivi de sa mort, on le dit monocarpique (comme le bananier). La monocarpie chez les arbres est relativement rare.

Les plantes carnivores sont peu représentées en Nouvelle-Calédonie, on rencontre tout de même deux espèces terrestres :

Nepenthes vieillardii (Nepenthaceae) qui a des feuilles modifiées en urne, dans lesquelles les insectes tombent, se noient puis sont digérés. C'est une plante dioïque (les pieds mâles et femelles sont séparés).

NEPENTH-Nepenthes-vieillardii-Tao bNEPEN-Nepenthes-vieillardii-Female-Yate-Rte-horaire-(2)NEPEN-Nepenthes-vieillardii-Male-Yate-Rte-horaire-(1)

Drosera neocaledonica (Droseraceae), dont les feuilles sont couvertes de gouttelettes d'une glue transparente qui piège les insectes qui sont ensuite digérés.

drosera DROSE-Drosera-neocaledonica-Humboldt- 0052



A noter également la présence du genre aquatique Utricularia (Lentibulariaceae) avec deux ou trois espèces.

 

 

Présentation

Institut de recherche pour le développement.

© IRD 2011

La vegetation en N-C

Maquis ouvert + agathis RUM
Maquis altitude humboldt
Mangrove Rhizophora Mt Dore
Maquis zones humides Riviere Bleue
Maquis miniers rum
Forêt altitude forêt à mousse
Savanes
Mangrove Kuebuni
Forêt sèche1
  • 9
  • 8
  • 7
  • 6
  • 5
  • 4
  • 3
  • 2
  • 1