Présentation

Institut de recherche pour le développement.

© IRD 2011

La vegetation en N-C

Maquis altitude humboldt
Forêt sèche
Forêt dense humide sur rum
Maquis zones humides Riviere Bleue
Savanes
Mangrove Kuebuni
Mangrove Rhizophora Mt Dore
Maquis ouvert + agathis RUM
Forêt altitude forêt à mousse
  • 9
  • 8
  • 7
  • 6
  • 5
  • 4
  • 3
  • 2
  • 1

Les formations végétales

 La flore néo-calédonienne possède une richesse et une originalité très variable en fonction de la formation végétale considérée, mais également du type de substrat présent.

Formations végétales

nb d’espèces1

% endémiques1

Forêts denses humides

2106 83.2

Maquis

1134 90.4

Savanes

74 13.5


poster jaffre et al. milieux 2012a

Télécharger le poster

 

 

La nature et la distribution des formations végétales sont liées aux conditions climatiques, aux substrats, à l’altitude et aux effets de l’activité humaine. La carte de la végétation de la Nouvelle-Calédonie (IRD Atlas de la Nouvelle-Calédonie) distingue :

 

Mangrove et végétations basses des zones salées

La mangrove est une formation arborescente à palétuviers, n’excédant pas 8-10 m de haut, qui se développe sur sols salés dans la zone de balancement des marées, principalement sur la côte ouest de la Grande Terre.

Formations

nb d’espèces1

% endémique1

Mangrove et arrière plage

176 11.4
 

La forêt sèche ou forêt sclérophylle

La forêt sèche occupait initialement les secteurs recevant moins de 1000-1100 mm de précipitations annuelles moyennes, en dessous de 300 m d’altitude sur substrats variés (sauf ultramafiques) sur la côte ouest de la Grande Terre. Sous sa forme la mieux conservée, sa superficie n’est que de quelques dizaines de km². C’est une forêt basse, possédant de nombreuses espèces à feuillage sclérophylle, à strate supérieure de 6 à 10 m de haut, formée d’arbres dont le diamètre ne dépasse guère 40 cm.

Formations

nb d’espèces1

% endémique1

Forêt sèche

348 59.2
 

Les forêts denses humides de basse et moyenne altitudes (sur roches calcaires / sur roches ultramafiques).

Les forêts denses humides de basse et moyenne altitudes occupent des zones où la pluviométrie annuelle moyenne est comprise entre 1300 et 3500 mm. Elles se rencontrent à basse altitude aux Iles Loyauté, à l’Ile des Pins et à partir de 300 m, jusqu’à 900-1000 m sur la Grande Terre, où elles s’étirent, de façon discontinue le long de la chaîne centrale. Sur les massifs isolés, elles se cantonnent le plus souvent aux fortes pentes et aux hauts de vallées. Elles se trouvent aussi localement en dessous de 300 m dans le Massif du Sud, ainsi que le long des cours d’eau, y compris au sein du domaine de la forêt sèche, où sa flore lui confère un caractère mésophile. Les arbres de la strate arborescente ont une hauteur moyenne de 20-25 m et un diamètre ne dépassant que rarement 1m. Ces forêts se rencontrent sur substrat calcaire (iles Loyautés), volcano-sédimentaire (le long de la chaîne centrale de Canala à Pouébo) et ultramafique (généralement au dessus de 500m d’altitude, sur les sommets et les flancs escarpés, souvent localisées dans les talwegs).
 

Les maquis de basses et moyennes altitudes (sur roches acides / sur roches ultramafiques)

Les maquis de basse et moyenne altitudes rassemblent des groupements végétaux héliophiles d’origine principalement secondaire, sempervirents à feuilles coriaces, souvent vernissées, pouvant être arbustifs (atteignant 6-8 m de haut), plus ou moins buissonnants, ou ligno-herbacés à strate cypéracéenne. Ils se développent du niveau de la mer à 900-1000m d’altitude, sur des sols très fortement carencés en phosphore. Ces maquis se trouvent sur roches acides (nord de la Grande Terre) et sur roches ultramafiques (péridotites et serpentinites).
 

Les forêts denses humides et maquis d'altitude

Les forêts d’altitude se développent au dessus de 1000m, dans des zones recevant plus de 3500-4000 mm de pluie par an. Elles sont entrecoupées de maquis arbustifs à buissonnants qui occupent les crêtes rocheuses, ainsi que des zones ayant subi l’action des feux. D’une manière générale la taille des arbres des forêts denses humides diminue en altitude à partir de 900-1000m, ils deviennent souvent tortueux et ne dépassent guère 6 à 15 m de haut au dessus de 1300m. Les forêts d’altitude ont un sous bois dense caractérisé par l’abondance d’espèces lianescentes, des fougères et des lichens. Les maquis d’altitude sont des formations arbustives ou buissonnantes qui se distinguent par une flore presque entièrement héliophile. Que ce soit en forêt ou en maquis la flore des formations d’altitude renferme plusieurs espèces à distribution géographique limitée.
 

Les formations palustres ou marécageuses

Les formations palustres ou marécageuses comprennent des formations dominées par des "niaoulis" ou Melaleuca quinquenervia (Myrtaceae), et des formations pouvant être assimilées à des "maquis marécageux". Les premières occupent de petites dépressions et l’embouchure de quelques rivières sur des substrats variés. Elles ont une flore pauvre et banale. Les secondes occupent des plaines marécageuses et les berges de cours d’eau et de dolines dans le massif ultramafique du Sud. Il s’agit alors de formations ligno-herbacées à Cyperaceae ou arbustives basses caractérisées par une flore diversifiée et originale (endémisme>85%), et auxquelles diverses espèces rares sont inféodées.

Formations

nb d’espèces1

% endémique1

Formations palustres ou marécageuse

168 55.4
 

Les savanes et fourrés secondaires

Les savanes et fourrés secondaires, largement représentés du bord de la mer jusqu’à environ 600-700 m d’altitude, à l’exception des massifs miniers. Les savanes sont le résultat d’incendies répétés. Elles se caractérisent par une strate de graminées continue parfois unique (savane herbeuse), ou parsemée de "niaoulis" arborescents (savane arborée) ou d’arbustes plus ou moins buissonnants d’espèces grégaires variées (savane arbustive à buissonnante). Lorsque ces buissons deviennent plus denses et continus ils forment des fourrés.

Légende :

1 issu de FLORICAL [lien sur la page FLORICAL]