Présentation

Institut de recherche pour le développement.

© IRD 2011

La vegetation en N-C

Forêt sèche
Maquis miniers rum
Maquis altitude humboldt
Maquis zones humides Riviere Bleue
Savanes
Forêt sèche1
Forêt altitude forêt à mousse
Mangrove Kuebuni
Forêt dense humide sur rum
  • 9
  • 8
  • 7
  • 6
  • 5
  • 4
  • 3
  • 2
  • 1

Les menaces

Mines

Les substrats ultramafiques – ou terrains miniers – à l’origine du minerai de nickel, couvrent près du tiers de la Nouvelle-Calédonie, qui se place parmi les premiers producteurs de ce métal dans le monde. Mais l’exploitation minière à ciel ouvert nécessite d’importants décapages qui génèrent des problèmes d’érosion des sols, de dérèglement des débits hydriques, de pollution des cours d’eau et de perte de biodiversité.

mine1 hequet

Ces substrats datant de 37 millions d’années portent une flore riche et originale, qui a largement contribué au classement de la Nouvelle- Calédonie comme un des principaux hotspots de biodiversité de la planète. Elle comprend environ 2 150 espèces végétales dont 82 % sont endémiques. Ces espèces sont en outre spécialisées, adaptées à des sols très pauvres en plusieurs éléments nutritifs et inversement très riches en magnésium, en nickel et en d’autres métaux. Ces milieux abritent également une faune d’une grande diversité.

mine hequet

Ainsi la Nouvelle-Calédonie est confrontée à un double défi : celui d’exploiter une ressource minière considérable à même d’assurer au pays un développement économique important, et celui de protéger cette biodiversité exceptionnelle au nom des principes fondamentaux édictés mondialement. Dans ce contexte, la conservation des milieux abritant la plus grande part de la biodiversité, ainsi que la restauration des sites dégradés par l’exploitation minière s’imposent comme des nécessités incontournables.

Réhabilitation---Gymnostoma

 

Sortie en 2010 du livre "Mines et environnement en Nouvelle-Calédonie" de Laurent L'Huillier, Tanguy Jaffré et Adrien Wulff :

 

etude milieusurroche