Présentation

Institut de recherche pour le développement.

© IRD 2011

La vegetation en N-C

Forêt altitude forêt à mousse
Mangrove Rhizophora Mt Dore
Forêt dense humide sur rum
Maquis zones humides Riviere Bleue
Maquis miniers rum
Maquis altitude humboldt
Forêt sèche1
Savanes
Forêt sèche
  • 9
  • 8
  • 7
  • 6
  • 5
  • 4
  • 3
  • 2
  • 1

Historique

Le laboratoire de Botanique de l' I.F.O. (Institut Français d'Océanie), devenu ultérieurement O.R.S.T.O.M. (Office de Recherche Scientifique et Technique Outre Mer) puis I.R.D. (Institut de recherche pour le développement), a été ouvert en 1963. Il constitue la première structure permanente, implantée sur le territoire, destinée à acquérir, à recenser et à diffuser les connaissances ayant traits au monde végétal de la Nouvelle-Calédonie et du Vanuatu (anciennes Nouvelles-Hébrides).

Les travaux réalisés ont toujours eu pour but l'acquisition de connaissances nécessaires à l'évaluation et à la gestion des ressources végétales. Ils comprennent l'identification et le recensement des espèces, la systématique et la taxonomie de la flore néocalédonienne, la caractérisation des unités de végétation en relation avec les facteurs historiques et écologiques. L'analyse de ces données permet de comprendre l'évolution de la flore et des groupements végétaux, ainsi que les conditions d'existence des espèces et de leurs assemblages. 

C'est pour répondre à l'ensemble de ces objectifs que des études d'écologie végétale se sont progressivement intégrées aux travaux du laboratoire, qui est ainsi devenu le "Laboratoire de Botanique et d’Ecologie Végétale Appliquées du centre IRD de Nouméa".

Le laboratoire intervient également dans l’aide à la décision environnementale dans un contexte de développement pouvant affecter des milieux naturels (urbanisation, activité minière…), et dans l’appui aux services techniques des collectivités pour la conservation, la restauration et la gestion durable de la végétation.


Les premiers travaux de recherche et d'expertise, s'appuyant principalement sur des inventaires botaniques, ont été le point de départ de la constitution d'un Herbier (NOU) qui rassemble aujourd'hui plus de 85000 échantillons, récoltés par les personnels IRD, ainsi que par des chercheurs du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris, du CNRS, ou encore du Missouri Botanical Garden, pour ne citer que les contributions les plus importantes. Cet Herbier, géré et entretenu par le laboratoire, constitue un outil précieux pour l'identification des plantes, les recherches en systématique et taxonomie végétale, ou encore l'écologie et l'évolution.

Depuis 2009 le laboratoire est rattaché à l'UMR AMAP (Botanique et Bioinformatique de l’Architecture des Plantes) de Montpellier et couvre les thèmes d’Ecologie et conservation, de Systématique, taxonomie et évolution.